AXA utilise des cookies pour faciliter la visite du site. D’accord Plus d’information
Cookies. Votre navigateur n’accepte pas des cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. Plus d’information
  Bienvenue chez AXA
Sign In

5 choses indispensables à savoir sur l’assurance hospitalisation en Belgique

5 Choses indispensables à savoir sur l'assurance hospitalisation en Belgique

1) L’assurance hospitalisation est-elle obligatoire en Belgique?

NON. La loi oblige tout résident belge à s’affilier à une mutuelle de son choix. Cette mutuelle aura comme rôle principal de rembourser une partie de frais médicaux et de santé (ex : rendez-vous chez le médecin, consultation chez le dentiste ou séance chez le kinésithérapeute).

Lors d’une hospitalisation les frais engendrés sont souvent beaucoup plus importants. Dans ces cas-là, la mutuelle interviendra mais toujours de manière partielle. La plupart des belges font donc le choix de se couvrir d’avantage contre ces frais qui sont toujours imprévus et peuvent surtout être très importants.

L’assurance hospitalisation est donc complémentaire et intervient toujours après la première indemnité de la mutuelle. Dès lors, elle réduit le coût à payer et donc les soucis financiers imprévus.

 

2) L’employeur est-il obligé d’offrir une assurance hospitalisation?

NON. Offrir une assurance hospitalisation à ses employés constitue un avantage extra-légal que l’employeur peut choisir d’offrir ou non. Les avantages extralégaux sont intéressants pour l’employeur étant donné qu’ils lui coûtent moins cher en cotisations de sécurité sociale que le paiement d’un salaire plus élevé.

La prime collective qu’un employeur va payer pour ses employés dans le cadre d’une assurance collective hospitalisation sera par ailleurs très avantageuse par rapport à une prime individuelle payée par l’employé à titre privé. Ceci s’explique en partie par le fait que l’assureur calculera le risque de l’employeur sur base d’un ensemble d’employés alors qu’une personne individuelle  portera le risque à lui tout seul. L’employeur aura, au-delà d’une certaine taille, aussi la possibilité de négocier son contrat avec la compagnie d’assurance.  

3) Un contrat d’assurance hospitalisation offre-t-il toujours une couverture en chambre privé ?

NON. Chaque contrat d’assurance hospitalisation a ses propres couvertures et particularités. Plusieurs éléments peuvent varier d’une police à l’autre tels que : une couverture en chambre double ou individuelle, le montant de la franchise demandée lors d’une hospitalisation, la durée des soins ambulatoires liés à l’hospitalisation, le nombre de maladies graves couvertes dans le contrat, le plafond de remboursement lors d’une hospitalisation etc.

Certains employeurs offrent une couverture pour une chambre double et donnent la possibilité aux employés d’étendre cette couverture pour une chambre individuelle moyennant le payement d’une petite prime complémentaire.

4) Départ à la pension, licenciement, divorce d’un conjoint qui bénéficiait d'une assurance hospitalisation collective par le biais du travail – L’employé peut-il garder son assurance hospitalisation ?

OUI. Dans le cas de rupture avec un employeur, il y a de fortes chances pour que l’employé perde l’assurance hospitalisation liée à l’activité professionnelle (= assurance via l’employeur). Néanmoins, afin de protéger les assurés, la Loi Verwilghen prévoit la possibilité de prolonger à titre individuel le contrat lié à l’activité professionnelle. Bien souvent, cette continuation ne s’accompagne d’aucune formalité médicale, stage d’attente ou exclusion des affections existantes. L’employé aura la possibilité de bénéficier de conditions avantageuses pour sa prime et sera donc assuré de manière ininterrompue, à vie. De plus, un assureur ne peut résilier ou modifier unilatéralement une assurance hospitalisation individuelle.

5) Tous les frais ambulatoires sont-ils couverts par une assurance hospitalisation?

NON. La plupart des assurances hospitalisation couvrent, en moyenne, les frais ambulatoires liés à une hospitalisation un à trois mois avant et 2 à 6 mois après.

Les soins sont dits «ambulatoires» lorsqu’ils ne sont pas réalisés pendant l’hospitalisation en tant que telle. Il s’agit par exemple de frais de consultations chez le médecin ou le dentiste, des frais de médicaments, de prothèses dentaires ou encore de verres de lunettes.

Les autres frais ambulatoires non liés à une hospitalisation peuvent également être couverts par des assurances complémentaires.

Découvrez l’assurance hospitalisation et soins ambulatoires d’AXA !