Aller au contenu principal

Blog

Le vélo, gagnant de l'après-crise ?

Monter

Le vélo, gagnant de l'après-crise ?

Mode de transport de l’après-crise ?

Plus frileux à l’égard des bus, trams et métros, vos collaborateurs viennent travailler à vélo ? Avez-vous pensé à une formation ?

Même si le retour au travail s’organise, la distanciation sociale continue à s’appliquer. Pour l’instant, les transports en commun ne convainquent pas tout le monde : au vu des records de dépollution urbaine enregistrés lors du confinement, certains boudent la voiture ! Sur le plan de la santé, du trafic, de l’écologie ou de la sécurité sanitaire, le vélo apparaît aujourd’hui comme le grand gagnant parmi nos modes de déplacement durables.

Nouveaux risques

« Sans vouloir imposer des contraintes aux nombreux (nouveaux) cyclistes, en tant que préventionnistes, nous pointons les dangers potentiels de cet afflux de vélos sur nos voiries », entame Johan Olbrechts, Responsable Prévention chez AXA qui déplore la hausse, ces dernières années, tant en fréquence qu’en gravité, des accidents de travail à vélo.

Sur une période de 6 ans, les sinistres engageant des modèles électriques ont même décuplé.
Les jours d’absence qui en découlent sont passés de 35 en 2013 à 2800 cinq ans plus tard. Statistique qui nous laisse très perplexes lorsque l’on sait que 2 vélos achetés actuellement sur 5 sont équipés d’une assistance électrique.

Ne pas attendre la dégradation des chiffres pour agir

Sur l’ensemble des accidents du travail liés à des vélos et soumis à la compagnie entre 2013 et 2018, le record le plus sombre revient à l’année 2017 avec ses 2059 accidents du travail touchant des cyclistes : soit 28% des victimes d’accidents sur le chemin du travail et 43 914 jours prestés perdus ! Dans un cas sur cinq, les lésions engendrent une absence supérieure à un mois.

Brigitte Bert, préventionniste et collègue de Johan : « J’imagine bien que, comme toute évolution sociale, il faille attendre plusieurs années avant que ce réflexe sécurité ne s’installe alors que le port d’équipements de protection n’est pas obligatoire. L’alcool au volant aujourd’hui est non seulement légalement mais aussi socialement sanctionné. Ce n’était pas le cas il y a une dizaine d’années. Pour sensibiliser les usagers, nous voulons éviter d’avoir besoin de moments clés, comme ce sursaut qui survient dans l’opinion publique suite à des faits graves, tel le décès d’un cycliste qui ne portait pas de casque. »

Conseils de prévention pour vos cyclistes sur le chemin du travail

  1. Maintenir son vélo en parfait état : pneus gonflés, freins en ordre, phares et catadioptres.
  2. Cycliste visible : gilet ou sac à dos avec bandes fluorescentes, même en journée.
  3. Protection : s’il n’est pas obligatoire, pensez toutefois à porter le casque. Un accident sur 10 entraîne des blessures à la tête dont la gravité est accrue. Pour les speed pedelecs (vélos électriques autonomes pouvant dépasser les 25 km/h), la réglementation rend le port du casque obligatoire.

Au-delà de telles évidences, nous n’y pensons pas toujours mais ...

  • pour des raisons de luminosité, rouler le matin est plus risqué que le soir : 42% des accidents à vélo se produisent durant l’heure de pointe du matin contre 22% pendant celle du soir,
  • rien ne sert de courir : si vous venez tous les jours à vélo, investissez un peu de votre temps pour tracer la meilleure route alternative possible. Celle qui vous fera éviter les points noirs tels les gros carrefours, les rails de tram, les tronçons urbains sans piste cyclable ni bande cycliste suggérée. Des apps vous y aideront routeyou.com, www.provelo.org, www.randobel.be, https://ravel.wallonie.be, par exemple.
  • Relire le code de la route reste utile.
  • Vous doutez que vos cyclistes soient incollables sur le sujet ? Téléchargez le matériel d’AXA sur la sécurité à vélo : un dossier sur la conduite cycliste ainsi qu’une formation théorique pour rouler vers le travail en toute sécurité. Nécessité fait loi, AXA l’ouvre à tous vos collaborateurs, sur simple demande ! 

Les clients AXA retrouvent aussi sur MyAXA Pro des Safety flashs sur la conduite à vélo.

S’adapter à son environnement

Sur la route, certains cyclistes estiment avoir la priorité sur les autres. Ce n’est pas la réalité. Bruxelles, comme d’autres grandes villes, est encore loin d’être adaptée au vélo. D’ici à ce que les choses changent, se mettre à la place de l’autre fait partie des gestes qui sauvent.

  • Comme appréhender la distance de réaction et de freinage d’un tram. Ou même de l’automobiliste qui ne vous attend pas en face de lui dans une rue dont le sens lui est interdit ou que votre vitesse surprend lorsque vous surgissez en e-bike d’une route prioritaire.
  • Etablir un contact des yeux avec le chauffeur d’un camion occupé à manœuvrer : l’angle mort figure en haut de la liste des causes d’accidents impliquant un cycliste.
  • Eviter de porter des écouteurs à vélo pour rester attentif, notamment aux véhicules électriques dont le bruit du moteur est réduit.

Au-delà de tous ces conseils, que faire en cas d’accident ? Tout dépend de la vitesse autorisée du vélo. Lisez notre article.

A lire sur le même sujet

A vélo dans le trafic (blog)

Place au vélo électrique cet été