AXA utilise des cookies pour faciliter la visite du site. D’accord Plus d’information
Cookies. Votre navigateur n’accepte pas des cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. Plus d’information
  Bienvenue chez AXA
Sign In

comment compléter sa pension et payer moins d'impôts quand on est indépendant?

les 3 piliers des pensions belges pour les indépendants

Le système des pensions se compose de trois piliers. Le premier pilier est légal et vaut donc pour tous les travailleurs, les deux autres piliers sont extra-légaux et ont pour but de rendre la future pension plus confortable. 

  • la pension légale, organisée par l’Etat 
  • les pensions complémentaires, souscrites directement par l’indépendant 
  • l’épargne individuelle et volontaire (l’épargne-pension)’épargne individuelle et volontaire (l’épargne-pension)

la pension libre complémentaire des indépendants (PLCI)

Comme son nom l’indique, cette pension complémentaire est uniquement destinée aux indépendants, ainsi qu’aux aidants et aux conjoint aidants. Il s’agit d’une assurance-vie individuelle qui offre un complément de pension attrayant. L’idée est de verser chaque année un montant dont le maximum est fixé annuellement par arrêté royal.  Cette prime est déduite des revenus imposables comme frais professionnels. L’indépendant paiera également moins de cotisations sociales puisqu’on diminue leur total des primes versées dans la PLCI.  

Il existe deux types de PLCI :  

  • la PLCI classique, dont le montant maximum est fixé à 3027,09 euros en 2015 et dont le plafond ne doit pas dépasser 8,17% des revenus sur lesquels sont prélevés des cotisations sociales.  
  • la PLCI sociale, dont le montant maximum est fixé à 3482,82 euros en 2015 et dont le plafond ne doit pas dépasser 9,40% des revenus sur lesquels sont prélevés des cotisations sociales. 10% des primes versées sont affectées à des prestations de solidarité. 

Ces PLCI offrent à la fois des avantages fiscaux (diminution des impôts), sociaux (diminution des cotisations sociales) et financiers (capital complémentaire pour la pension). 

l’épargne-pension

L’épargne-pension est accessible à tous. Elle peut prendre deux formes distinctes : celle d’un compte épargne-pension souscrit auprès d’une banque au rendement non garanti et celle d’une assurance pension souscrite auprès d’une compagnie d’assurance avec rendement garanti. Le travailleur peut déduire 940 euros par an via ses impôts et bénéficier d’une réduction d’impôt de 30% (282 euros).

 

l’engagement individuel de pension (EIP)

L’engagement individuel de pension ne peut être souscrit que via une société pour son dirigeant qui perçoit un salaire régulier et mensuel. C’est la société qui paie les primes à l’organisme de pension. Le dirigeant touchera un capital pension lorsqu’il prendra sa retraite.

Attention, dans tous les cas, il ne faut jamais oublier la fameuse règle des 80% : la pension légale additionnée à la pension complémentaire ne doit jamais dépasser 80% du dernier revenu annuel brut. Dans le cas contraire, vous perdriez l’avantage fiscal. 

Les trois régimes de pension complémentaires sont cumulables. Il est donc avantageux pour un travailleur indépendant de diversifier son capital pension en souscrivant, auprès d’une compagnie d’assurance, à plusieurs assurances complémentaires afin de préparer la pension la plus confortable possible.