Aller au contenu principal
Femme indépendante en burnout

Blog

Burn-out en Belgique : quid des indépendants? - Blog AXA.be

Monter

| 7 min lecture

Burn-out en Belgique : quelles solutions pour les indépendants ?

Le bien-être de vos collaborateurs vous tient à cœur ?

Le bien-être de vos collaborateurs vous tient à cœur ?

Protégez-les en leur offrant des avantages extra-légaux adaptés à leurs besoins.
DÉCOUVREZ NOS ASSURANCES

En tant qu'indépendant, il n’est pas toujours aisé de lever le pied… Poussés par leur passion pour leur travail mais aussi par la peur de l’échec, les indépendants ont souvent tendance à travailler sans toujours prêter attention leur équilibre vie privée/ vie professionnelle. Mais les indépendants sont-ils plus sujets au burn-out que les salariés ? Et le cas échéant, quels moyens sont mis à leur disposition pour s’en sortir ?

Indépendants et incapacité de travail

Si, selon les chiffres de l’INAMI, le nombre d’indépendants en invalidité continue à augmenter au fil des ans, il en va de même avec le nombre de salariés et chômeurs en incapacité de travail.
En effet, entre 2017 et 2021, le nombre d’indépendants en invalidité de plus d’un an est en hausse de 18,95 %. Néanmoins, le pourcentage de salariés et demandeurs d’emploi invalides est un peu plus haut puisqu’il atteint 22,41%. Dans les deux cas, le pourcentage de femmes en invalidité est toujours plus élevé.

Toutefois, les indépendants n’étaient pas indemnisé par l’INAMI pour leur premier mois d’incapacité jusqu’en mai 2019 (aujourd’hui cette période est de 7 jours), cela pourrait donc avoir eu un impact sur le nombre d’indépendants en invalidité en 2017 et 2018.

En outre, une étude norvégienne reprise dans une étude sur les indépendants, le cancer et le travail dirigée par la VUB tend à démontrer que les indépendants indiquent plus souvent que les salariés un sentiment de honte quant à leur maladie et/ou leur incapacité de travail. De plus, les conséquences financières que cela peut avoir pourrait inciter les indépendants à continuer à travailler malgré l’avis contraire du médecin.

Maladies mentales et burn-out en Belgique

Les maladies mentales sont, à l’heure actuelle, une des raisons les plus fréquentes de l’invalidité.

En effet, tous statuts confondus, 36,44 % des personnes en invalidité depuis plus d’un an au 31 décembre 2021 l’était en raison d’un trouble mental. Ces personnes souffraient principalement d’une dépression ou d’un burn-out, selon l’INAMI. Toutefois, l’augmentation la plus importante se situe chez les travailleurs indépendants : +59,22 %, contre +45,8 % chez les travailleurs salariés et demandeurs d’emploi.

Il est aussi intéressant de noter que, selon une étude menée en 20221, les indépendants les plus sujets au burn-out étaient :

  • Les trentenaires
  • Les indépendants actifs depuis plus de 3 ans
  • Les indépendants ayant engagé du personnel
  • Les indépendants travaillant dans le secteur de la construction ou de l’Horeca

Toujours selon la même étude, seuls 41,1% des travailleurs indépendants ayant des symptômes d'épuisement professionnel estimaient être capables de travailler jusqu'à leur retraite et la moitié ajoute que cela serait uniquement possible en adaptant leur charge de travail...

Préserver votre santé mentale en tant qu’indépendant

Comme nous avons pu le constater, préserver sa santé mentale est loin d’être simple pour les indépendants en Belgique. Voici toutefois quelques pistes de réflexion/solutions, en tant qu’indépendant :

  1. Veillez à votre équilibre vie privé /professionnelle

    Vous le savez aussi bien que nous : pour être opérationnel et efficace, il faut aussi s’accorder des pauses. Vous restez, avant tout, un être humain avec des besoins sociaux, affectifs mais aussi, et surtout, un besoin de déconnexion. Ne minimisez donc pas ces besoins sous prétexte qu’ils ne vous semblent pas constructifs… Si même prendre une pause déjeuner vous semble ardu, commencez petit avec des pauses plus courtes mais régulières. Saviez-vous que certaines apps ou montres connectées peuvent vous rappeler de prendre une pause et/ou marcher un peu pour vous aérer l’esprit et dégourdir les jambes ?

  2. Prévoyez un plan B
    Qu’on soit indépendant ou salarié, lorsque la charge de travail s’intensifie, tout le monde a tendance à se focaliser sur les tâches urgentes à accomplir… Si c’est une réaction saine lors de certains pics de travail dû, par exemple, à la saisonnalité, ce n’est pas supposé devenir un style de vie. Avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat mais aussi à chaque évolution de votre business, vous avez évidemment pris le temps de vérifier la viabilité de votre activité et d’évaluer l’impact des changements à venir. N’oubliez pas de prévoir quelques portes de sortie viables et documentées au cas où vous devriez faire marche arrière.
  3. Connaissez vos alliés
    Ce n’est pas parce que vous vous lancez dans une aventure en solo que vous devez tout faire tout seul. Saviez-vous qu’il existe, par exemple, un statut spécifique pour les conjoints aidants ?

    Outre votre famille et vos amis à qui vous pouvez demander ponctuellement du soutien, renseignez-vous aussi sur les initiatives organisées autour de vous. Qu’il s’agisse de soutien financier ou psychologique, les différents acteurs du tissu social sont de plus en plus présents pour aider les indépendants en Belgique.

    Parmi ceux-ci :

    • Je me sens bien au travail, géré par le SPF Sécurité Sociale pour sensibiliser mais aussi aider les indépendants et les salariés sujets au stress ou au burn-out en Belgique.
    • Indépendant sans stress, comprenant un test pour évaluer votre stress et des exercices et articles sur l’équilibre émotionnel, financier et professionnel en tant qu’indépendant.
    • Icarius, projet pilote déployé par UCM et le CESI pour inviter les indépendants à entreprendre leur bien-être de façon positive.
  4. Assurez vos ses arrières
    Parce qu’on n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise, il est important, en tant qu'indépendant, de vous protéger financièrement des différents problèmes de santé qui pourrait mettre en péril votre business. Pour ce faire, certaines assurances peuvent vous apporter la tranquillité d’esprit que vous méritez :
    • Santé : Il existe plusieurs assurances (généralement l’assurance hospitalisation et l’assurance soins ambulatoires) qui offrent une couverture pour les frais de santé en cas de maladie ou d’autres problèmes médicaux. Elles peuvent couvrir les frais de consultation, les médicaments, les hospitalisations, etc. et vous permettent ainsi de prendre soin de votre santé sans craindre que ces frais n’amputent vos revenus.
    • Invalidité : Il existe plusieurs assurances qui couvrent les indépendants en cas d’incapacité de travail temporaire ou permanente, en cas de burn-out par exemple. Selon l’assurance et les garanties, les couvertures proposées et les exclusions peuvent varier mais ces assurances ont toujours pour objectif principal de compenser les frais occasionnés et/ou le manque à gagner qui résulte d’une période d'arrêt de travail. De quoi vous permettre de lancer ou continuer votre activité d’indépendant sans vous soucier de votre avenir financier.

    Il est important de bien étudier toutes les options pour déterminer celles qui conviennent le mieux à vos besoins en fonction de votre activité professionnelle. N'hésitez pas à prendre contact avec un courtier qui vous aidera à faire le choix le plus approprié.

    Vous venez de vous lancer en tant qu’indépendant mais vous n’êtes pas sûr d’avoir pensé à tout ? Lisez notre article « Guide pour devenir indépendant » pour vérifier que vous avez coché toutes les étapes !

Le bien-être de vos collaborateurs vous tient à cœur ?

Le bien-être de vos collaborateurs vous tient à cœur ?

Protégez-les en leur offrant des avantages extra-légaux adaptés à leurs besoins.
DÉCOUVREZ NOS ASSURANCES

PARTAGEZ CET ARTICLE